Photo : Jacques Martin
Menu
Un brin d'histoire : Historique de la forêt
Autres liens
 
Un brin d'histoire : Historique de la forêt

Dès la colonisation de ce massif forestier au Moyen Age, la pauvreté des sols fait du pâturage en forêt un enjeu majeur. Ainsi, la forêt devient une pièce essentielle de la vie locale, en tant que source de survie pour les populations villageoises qui y laissent leurs bêtes en pâture mais aussi source de richesse des seigneurs et abbés, possesseurs des pâturages qui ne cessent de s’accroître au détriment de l’arbre.

Par ailleurs, la richesse minérale du sous-sol fait du massif un enjeu stratégique pour les états puissants qui se disputent cette zone frontière entre les duchés de Lorraine, de Bourgogne et le St Empire. Château-Lambert et Miellin sont des cités minières. Chaque famille obtient le droit d’exploiter la forêt environnante pour ses besoins de construction et de chauffage. Le bois est également utilisé pour l’étayage des galeries et permet le développement de nombreuses fonderies qui transforment sur place le minerai.

L’essor industriel de la région est très précoce et entraîne, dès le XVIIème siècle, une explosion des scieries, des forges mais surtout des verreries, en quête d’énergie, qui dévorent littéralement l’espace boisé. Cette période s’accompagne d’une explosion démographique dans les Vosges et la pression sur la forêt atteint son paroxysme. La Révolution française l’affaiblit encore plus par le démembrement de l’administration forestière, voire la vente de certains terrains, pour financer les besoins militaires du tout nouvel Etat attaqué de toute part.

Lorsque le code forestier est publié, en 1827, l’Administration des Eaux et Forêts s’oppose au pâturage en forêt. C’est ainsi qu’au cours du XIXème siècle, les exploitations agricoles en montagne sont progressivement abandonnées. Les paysans deviennent ouvriers, c’est le début du processus d’abandon des terres. La montagne est alors exploitée pour sa forêt. Par ailleurs, les conflits se rapprochent et la forêt, frontière naturelle avec la Prusse puis l’Allemagne, devient une zone stratégique où se construisent routes, forts et champs de tir.

En 1921, la forêt domaniale du Ballon d’Alsace, adjacente à la forêt de Saint Antoine est achetée par l’Etat au titre de la restauration et conservation des terrains en montagne suite à une exploitation abusive par l’autorité militaire depuis 1914. En 1936, deux routes sont construites en forêt domaniale de Saint-Antoine par des chômeurs (route forestière du Stalon et route forestière du Cavalier); un pont porte d’ailleurs leur nom "le pont des chômeurs" au-dessus de la Vieille Hutte.

A la suite des bombardements intensifs de la deuxième Guerre Mondiale, les éclats de bombe et d’obus ne sont pas rares dans les arbres du massif.


forestier
L’agent des Eaux et Forêt habite au pied des forêts dont il a la responsabilité.

charbonnier
La fabrication du charbon alimentait les nombreuses industries des vallées.



Réserve Naturelle des Ballons Comtois      Tel : 03 84 30 09 78   /   03 84 20 49 84      Fax : 03 84 62 96 19      Contact      BY NOVATERRA